Balad'Alcazar | Padamnezi

Balad'Alcazar

Cabaret conté

A Marseille, sur le cours Belsunce, une foule se presse devant un beau bâtiment. Un homme crie sur le trottoir et invite le peuple à entrer. Entrer pour écouter et voir la dernière revue ou le dernier chanteur en vogue.

L’Alcazar : une scène mythique où les inconnus comme les plus illustres se sont croisés. C’est l’histoire de ce lieu que nous racontons ; comme un conte qui commencerait par « Il était une fois… » et se terminerait par « Rideau ! ».

« Le dimanche au bas de la Canebière, au bord du Port Vieux, le quai prend un aspect particulier. De loin, on aperçoit deux, trois, quatre groupes circulaires… [et] au milieu d’un public mêlé mais attentif, des musiciens installés autour d’un étalage de chansons. Les sons grêles des violons et des guitares voltigent sur l’aile de la brise saline. Puis la voix d’une chanteuse domine des harmonies faciles : on écoute dans un silence religieux. Que chante donc l’artiste improvisée ? C’est l’air en vogue, à la fois canaille et sentimental, l’air à succès qu’il suffit d’entendre une fois pour le fredonner jusqu’à l’obsession. »

Et si l’on retournait là-bas ? Et si l’on poussait les portes de ce petit café conc’ qui est devenu le grand Alcazar ? Et si l’on se laissait émouvoir de nouveau par ces répertoires ? Deux comédiennes chanteuses, accompagnées d’une pianiste et d’un contrebassiste, vous racontent l’Alcazar depuis la première note chantée jusqu’à la fermeture du rideau. A travers des vestiges de toutes ces époques, retrouvés par hasard dans la salle obscure, nous retraçons le parcours des chansonniers à Marseille.

« La chanson a beau changer de rythme, elle ne change pas de signification par le rire ou les larmes, elle est toujours et quand même l’éternelle élégie sentimentale, le plaisir ou la peine d’amour, la douleur ou la joie de chérir que se transmettent les générations. La chanson, délicieuse rabâcheuse, traduit le sempiternel accident de cœur par la complainte ou une gaîté débridée, et cela ne se terminera que lorsqu’il n’y aura plus, sur notre globe refroidi, un monsieur et une dame pour se donner la réplique. » (citations : Pierre Echinard)

Un escarpin, un fauteuil rouge, une vieille affiche : tout ça se trouvait là quand nous sommes arrivées. Un par un, ces objets font revivre des instants de chansons, de succès, des instants de défaites aussi et nous nous baladons entre plumes et paillettes au cœur de l’Alcazar. Des coulisses à la scène, c’est l’histoire d’un lieu et d’une ville que nous nous proposons de raconter. Saynètes et parties chantées s’alternent pour faire revivre la scène de l’Alcazar, le temps d’une échappée musicale.

Nous tenons à remercier La Fabrik (I.M.E. Vert Pré, 13009), le Théâtre Toursky et L’Atelier de Mars qui ont apporté leur aide dans les différentes phases de création du spectacle.

Création 2017/2018
Durée : 1h
Pour tous les publics, dès 10 ans

Prochaines représentations

Samedi 7 avril à 20h30 au centre socio-culturel de Jouques (entrée libre)

Samedi 6 octobre à 17h à la salle Yves Montand de Saint-Cannat (entrée libre)

Dates dans le cadre des tournées intercommunales du Territoire du Pays d’Aix

Merci de nous contacter pour toute information ou réservation.

_

Un spectacle imaginé et créé par Cécile Petit et Marie Rodrigue

Avec Cécile Petit et Marie Rodrigue

Agathe Di Piro (piano) et Jérémie Charras / Guilhaume Renard en alternance (contrebasse)